Le bonheur au travail, au cœur de l’actualité !

Le bonheur au travail contribue t-il à gagner en efficacité, en productivité ?
Le bonheur au travail contribue t-il à fidéliser les salariés et leur permettre d’apporter le meilleur à vos clients ? Comme 99% des bretons interrogés, chez Voyelle, nous en sommes convaincus. Prendre du plaisir au travail est vital pour l’entreprise.

Une enquête est menée auprès des salariés d’entreprises, par le cabinet de conseil en management-RH MoreHumanPartner. Elle est portée par une représentante bretonne, Albane Vigneron, qui en fait un véritable sujet de recherche.
La « note de bonheur » attribuée aux entreprises de l’ouest (6,1 sur une échelle de 1 à 10) est meilleure que la moyenne nationale (5,7).

Qu’est ce qui contribue le plus au bonheur au travail ?

  1. Apprendre régulièrement de nouvelles choses
  2. Travailler dans une ambiance agréable
  3. Avoir de l’autonomie

Chez Voyelle, toutes ces conditions sont réunies, et nous sommes convaincus que le bonheur au travail est l’affaire de tous. Pour nous et pour nos clients, afin que nous puissions vous proposer un accompagnement de qualité au service de vos objectifs.
Parce que le sujet est à la fois évident et pourtant innovant, nous avons partagé notre expérience auprès du Journal des entreprises (avril 2015), France 3 (19/20 du 8 avril) et continuerons à partager les recettes du « bien-être au travail ».

Le reportage de France 3

Les bretons heureux au travail

L’interview d’Arnaud, pour le Journal des entreprises d’avril 2015

Le bonheur chez Voyelle, c’est une finalité et un moyen. C’est le sourire des collaborateurs quand ils font le tour du bureau le matin pour dire bonjour, c’est l’ambiance positive qui règne chez Voyelle, c’est le plaisir qu’ils ont à travailler ensemble, à avancer, à combattre les difficultés rencontrées. Le bonheur chez Voyelle c’est aussi la nature de la relation que l’on cherche avec nos clients, une relation gagnant-gagnant, c’est peut-être bateau mais c’est un équilibre très précaire et pas évident à maintenir, c’est au prix de cet équilibre que l’on travaille dans la durée et le balancier comprend honnêteté et respect réciproque. Le bonheur c’est contagieux et c’est la meilleure façon de changer le monde.

Quand mon assistante fut embauché en 2012, elle nous a dit qu’elle arrivait dans le monde des bisounours. Je ne pense pas. Elle arrivait dans une entreprise du XXIe siècle. Donner de l’autonomie, faire grandir, faire confiance ce n’est pas de la naïveté. Cela apporte plus d’efficacité, plus de souplesse, une meilleure intégration des contraintes de chacun (enfants, horaires, envies, personnalités) pour le bénéfice de l’entreprise, de ses clients et de son dirigeant.

A quoi sert l’entreprise, si les femmes et les hommes qui la composent ne peuvent pas s’y épanouir ? Comment être exigeant avec ses collaborateurs si on ne les respectent pas, si on ne leur fait pas confiance, s’ils ne sont pas heureux quand ils viennent travailler.

Je ne suis pas responsable de leur bonheur mais je participe aux conditions qui vont le permettre. Ils choisissent leurs horaires, ils ont une demi-journée par semaine de veille, ils sont fortement invités à sortir de l’entreprise pour s’enrichir des autres, j’en emmène même dans mes valises quand je pars à Québec voir des conférences. Il y a une transparence totale sur les chiffres de Voyelle, mon salaire compris, ils savent ce que l’on gagne et ce que l’on dépense, chacun est responsable de sa zone d’expertise, envers ses collègues et nos clients, ils participent à la majorité des décisions, ils participent aux recrutement et à l’intégration des nouveaux collaborateurs, j’organise régulièrement des « green » days, on se met au vert pour réfléchir à qui on est, où on en est et où on va, j’essaye d’être un maximum à l’écoute.

Et pour que l’aventure continue je ne leur impose que deux conditions, c’est prendre du plaisir à faire ce qu’ils font et être économiquement viable.

Et vous, êtes-vous heureux au travail ?

Vous aussi, participez à l’enquête sur le bonheur au travail.